Côte d’Ivoire/A Daoukro, le préfet appelle à l’application stricte des mesures de lutte contre le coronavirus

0
81

Mme le préfet de Daoukro, préfet de de la région de l’Iffou, Aka Sono Julie a entrepris une série de rencontres avec l’ensemble de ses populations dans le but de les sensibiliser sur la menace que constitue le coronavirus dans notre pays et les appeler au respect strict des mesures arrêtées par le gouvernement.

Ces rencontres se déroulent par secteur d’activités dans les locaux de la préfecture, vu que l’une des mesures proscrit les regroupements de plus de 50 personnes.

Entourée de ses deux collaborateurs directs que sont les secrétaires généraux 1 et 2, du président du Conseil régional de l’Iffou, Traoré Adam Kolia, du sénateur El Hadj Lamine Konaté et du directeur départemental de la santé, Mamouan Marc, elle a rencontré le samedi 21 mars les transporteurs pour les sensibiliser sur les mesures prise le Conseil national de santé conduit par le chef de l’Etat.

« L’heure est grave. Chacun de nous a une part de responsabilité dans cette lutte. Il faut prendre conscience. Quand on n’est pas touché, on pense que la maladie c’est pour les autres », a-t-elle dit à ses hôtes du jour après les avoir instruits longuement sur les mesures. (Rester chez soi à la maison, se laver régulièrement les mains avec du savon ou de l’eau de javel, éviter les embrassades, ne pas se serrer les mains, utiliser les mouchoirs quand on tousse, ne pas consommer de la viande de brousse, le respect de la distance d’un mètre chacun de l’autre,appeler les services de la santé si l’on présente les symptômes de la maladie…)

Dans la pratique, le directeur départemental de la santé  a expliqué chacune de ces mesures. Surtout en ce qui concerne le lavage des mains, comment obtenir de l’eau javélisée. « Le virus ne se promène pas. C’est nous les hommes qui nous déplaçons. Il faut donc rester confiné chez soi ». Selon lui, si cette dernière mesure est capitale, il conseille  de suivre les anciennes règles d’hygiène que sont le lavage des mains et la bonne tenue des latrines. Pour ce qui est des transporteurs, il leur a été demandé d’installer des dispositifs contre la maladie, c’est-à-dire des points de lavage systématiques des mains dans les gares.

Le président du conseil régional a mis en garde contre le non-respect des mesures qui pourrait amener le gouvernement à adopter des mesures plus contraignantes. « Il faut s’auto-discipliner. S’il n’y a pas de discipline, on va arriver à la répression », va-t-il mettre en garde.

Le sénateur Lamine Konaté est évidemment allé dans le même sens que les autres intervenants, non sans demander qu’au moins un dispositif de lavage de mains soit installé dans chaque cours. Ce qu’il a lui-même initié à son domicile. « Vous voyez comment on évolue avec le nombre de cas. C’est dire que l’heure est vraiment grave et chacun de nous est menacé. On se sauve tous ensemble ou on périt tous ensemble. La Chine nous est donnée comme un exemple. Au départ réfractaires aux mesures, les chinois sont devenus par la suite très respectueux des mesures et c’est ce qui leur a permis de gagner la bataille. Soyons donc disciplinés », a-t-il conseillé.

Dans la soirée, la police a obligé des maquis et bars à grande affluence à fermer purement et simplement.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici