Côte d’Ivoire/Cacao. Pour Adjoumani, le travail des enfants est « un phénomène exagéré ».

0
463

Il est connu, la Côte tient la tête du classement des producteurs de cacao eu plan mondial. Les producteurs ivoiriens de l’or brun, loin de bénéficier de cette belle performance, sont accusés par les acheteurs occidentaux de pratiques qui tendent à jeter l’opprobre sur leur travail. Ils parlent entre autres de déforestation, de travail d’enfants…De passage à Paris, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture Kobenan Kouassi Adjoumani a été l’avocat du cacao ivoirien. Notons que la Côte d’Ivoire et son voisin ghanéen occupent les deux premiers rangs des pays producteurs mondiaux avec respectivement 40% et 20%. Adjoumani n’a pas banalisé le problème; Il le trouve exagéré et lui apporte quelques explications.

Mais l’UE et les Américains ne semblent pas partager l’avis du ministre ivoirien. Un rapport de l’Université de Chicago, financé par le département américain du travail, dépeint une autre réalité: 38% des enfants d’agriculteurs dans les zones de production ivoiriennes travaillent dans les plantations. Pire, en raison de la crise, le travail des enfants serait en augmentation malgré les initiatives du gouvernement ces dernières années. La prévalence du phénomène atteindrait même les 55% au Ghana

Parlant du travail d’enfants, Adjoumani dira: « Même si le phénomène existe, c’est à un degré moindre et il ne peut entacher notre cacao d’irrégularité. Selon le ministre d’Etat, il est abusif d’évoquer un travail d’enfants dans la cacao culture ivoirienne.

« Ce sont les parents qui travaillent dans les plantations et, parfois, ils sont accompagnés par leurs enfants pour voir ce qu’il se passe et apprendre à planter ».

Puis d’assurer que les taches les plus difficiles sont réalisées par des adultes et non par des enfants.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici