Les mercenaires coutumiers sévissent dans la région du gbêkè. Après leur échec à Sakassou. C’est le village de Sessenouan qui fait les frais de leur acte irresponsable. Les populations du village de Sessenouan ont vécu une matinée troublante le mardi 17 avril dernier. Village situé aux encablures de la ville de Bouaké, sur l’axe Bouaké-Béoumi, le chef de ce village, Nannan Kouakou Yao Norbert a vécu une matinée mouvementée par la furia des jeunes de ce village qui disent ne plus vouloir de lui comme leur chef de village.

Que reprochent ces jeunes au chef Nanan Yao Norbert ? Le mercredi 17 avril, tôt le matin, des jeunes très remontés armés de gourdins, pilons et machettes se sont attaqués au chef Nanan Yao Norbert et sa famille en saccageant son domicile pour manifester leur mécontentement. Portes et fenêtres n’existent plus. La toiture a été aussi saccagée. « Nous nous sommes rendus sur les lieux hier mercredi. Nous avons un groupe de jeunes très remontés qui ne veulent plus le voir dans le village ». « Nous ne reconnaissons pas Kouakou Yao comme notre chef. On impose pas un chef à la population. Il ne peut jamais être notre chef. Il est étranger chez nous ici. Il est de la lignée Brou Agaliman donc il ne peut pas nous diriger. Il a été installé de manière illégale par le sous-préfet d’alors, le commandant Djandjé Lorgn en 2015. On ne l’a jamais reconnu comme notre chef. Nous lui donnons jusqu’à demain vendredi 19 avril pour qu’il quitte définitivement le village. Nous ne voulons plus le voir ici >>, nous a laissé entendre, Saouré Ahoutou, vice-président de la jeunesse du village. Quant à LOUKOU Daniel, un des neveu du chef, il crie à l’injustice de la par de ces jeunes excités. << ils sont venus à 5h du matin pour déloger le chef et sa famille. Ils ont même promis raser notre quartier si nous ne déménageons pas d’ici vendredi 19 avril. Alors nous nous remettons entre les mains du seigneur >> s’est-il inquiété. Contacté à Bouaké Nanan Kouakou Yao Norbert nous explique sa matinée noire: << Les jeunes ne veulent pas de moi. L’information a été portée devant le chef canton, la reine et même à la justice, j’ai toujours eu raison d’eux mais ils persistent dans leur voie tortueuse. Alors le mercredi 17 avril depuis 5h du matin, des jeunes armés de gourdins et machettes ont fait irruption dans mon domicile. Ils ont tout saccagé chez moi. C’est quand j’ai appelé la gendarmerie et qu’à leur arrivée ils se sont attroupés sur leur camion que j’ai pu m’échapper. La gendarmerie a interpellé le responsable de ces jeunes. Au sortir de l’interrogatoire, le responsable a reconnu leur tort >> a expliqué Nanan Yao Norbert. Il faut noter que, le pouvoir a été légué à l’ancêtre de Nanan Yao Norbert, Nanan Agaliman Brou Kouamé, suite au non remboursement d’une dette de 3 canaris de poudre d’or au temps colonial par le détenteur du pouvoir en guise d’impôt de capitation ».

A la veille de cette fête de Pâques, Nanan Yao  Norbert et une partie de sa populations sont à couteaux tirés au moment ils devaient vivre un moment festif.

O.K.O

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici