Côte d’ivoire / Daoukro : La communauté catholique célèbre le père Théodore Kouadio

0
911

Daoukro
La communauté catholique célèbre le père Théodore Kouadio
La paroisse Saint Pierre et Saint Paul de Daoukro a été le cadre le 10 février, d’un moment d’intense émotion. En effet, les fidèles catholiques, qui sont venus nombreux, ont célébré le père Théodore Kouadio, le  » doyen des prêtes « . C’était à l’occasion d’une messe d’action de grâce, qui marquait ses 44 ans de sacerdoce. Le père célébrant, Léonard Tanoh, a saisi l’aubaine, pour rendre grâce au Seigneur, dont il a plu d’accepter le choix de Théodore Kouadio et de le soutenir pendant ses 44 ans de sacerdoce. Il s’est dit fier de voir près de lui, leur doyen, qui malgré sa retraite, continu d’être utile à leur paroisse. « Les textes de l’évangile que nous avons parcourus, nous permettent de retenir ceci : me voici Seigneur, envoie moi. Tout au long de sa vie, le père Théodore Kouadio s’est sacrifié pour le Seigneur. Il a rendu beaucoup de services, alors qu’il est à la retraite », dira t-il. Et en s’adressant à son aîné, il aura ses mots pleins de sens: « Le Seigneur t’a investit. Il t’a envoyé pendant 44 ans. Nous te disons merci. Dans ce travail, il y a des moments de joie et de difficultés. Voilà pourquoi, après 44 ans, il faut dire merci au Seigneur, pour ses merveilles, pour toi ». Et de terminer par remercier tous les anciens, qui ont entouré le père Théodore Kouadio, ainsi que tous ceux qui l’ont soutenu durant toutes ces années. Le père Théodore Kouadio, n’avait que des mots de remerciements sur ses lèvres. Lui, qui fut le premier prête « Godè » (peuple issu de Beoumi), et qui est arrivé à la paroisse Saint Pierre et Saint Paul en 2005, s’est réjouit de célébrer ce sacerdoce à Daoukro. Il a exprimé sa reconnaissance d’abord au Seigneur, pour ses 44 ans de sa vie passés pour lui et également reconnaissance à toute la communauté catholique de Daoukro, qui lui a manifesté en tout temps de l’amour. Remerciant ses collègues prêtes, qui sont au quotidien à ses côtés, il s’est dit heureux, qu’aujourd’hui la tendance entre prêtes locaux et Européens soit inversée : « Lorsque je commençais, il y avait plus de prêtes Européens que locaux, aujourd’hui c’est le contraire. Ce qui veut dire que l’église se porte bien en Côte d’Ivoire ». Et de confier que ce n’est pas aisé d’être un vieux prête, car il est beaucoup sollicité pour des confidences.
E. Pisani

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici