Côte d’Ivoire – Transport/À Bouaké les chauffeurs de motos taxis refusent les mesures du préfet

0
1062

En vue de mettre de l’ordre dans le domaine des transports à Bouaké singulièrement dans le milieu des moto-taxis où règne une anarchie sans nom, le préfet de région, prefet de Bouaké Tuo Fozié, a arrêté certaines mesures. Entre autres le port du casque, le permis de conduire ces engins, l’assurance, le papier d’achat…Passée la phase de sensibilisation l’on est maintenant à la phase de la répression. Ce qui n’est pas du goût des conducteurs de motos taxis.

Ouattara Moussa: C’est grâce à cette activité que le vol et le braquage ont diminué à Bouaké.

Dès son arrivée à Bouaké, le nouveau préfet de région, préfet du département de Bouaké a pris à bras le corps le problème de  l’incivisme à Bouaké. Depuis 4 mois précisément dans le mois d’octobre 2018, le préfet a entrepris des rencontres d’information et de sensibilisation avec toutes les autorités administrative de la ville et les couches sociales afin d’éradiquer ce fléau grandissant dans la vile de Bouaké. Les agents des forces de l’ordre procèdent au contrôle des motos taxis depuis la semaine dernière. Ce qui va soulever la colère de ces derniers. Ils ont pris d’assaut la gare routière et la voie principale de la ville de Bouaké hier lundi 11 février. Ce mécontentement des taxis motos a provoqué la colère des chauffeurs de véhicules de transport en commun. Ces derniers se sont pris aux chauffeurs de taxis motos pour occupation de la gare et la voie principale. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour que le calme revienne. Une rencontre a eu lieu entre le syndicat des moto taxis et les autorités de la police et la gendarmerie nationale à l’esplanade du palais du carnaval. Le préfet de police adjoint Maxime Mobio a demandé que << ces derniers viennent les voir pour une quelconque incompréhension. Ne vous adonnez pas à des affrontements inutiles qui vont créer autre chose. Bouaké est fatiguée de ces choses. N’occupez plus les voies ou la gare car vous empêchez les autres de travailler >>.

Ouattara Moussa, le secrétaire général du syndicat des taxis motos a calmé les ardeurs de ses camarades:’<< nous n’avons pas été informés de ce contrôle. Il y a des camarades qui sont venus nous informer de ce que quand les forces de l’ordre les arrêtent pour contrôle et sensibilisation, ils les rackettent lorsqu’ils ne sont en règle. Que le préfet sache que c’est une activité qui diminue les vols et braquages à Bouaké. Nous lui demandons de nous accorder 4 mois pour nous mettre en règle. Je demande à mes camarades de vaquer tranquillement à leurs occupations car nous avons une rencontre avec les autorités demain mercredi et ils seront informés de la suite >>.

Il faut noter que le préfet de police et les responsables de la gendarmerie ont initié une rencontre avec le syndicat des taxi- motos demain mercredi 12 février à la préfecture pour une solution concertée.

Notons que ces medures s’etendent à l’ensemble des conducteurs de motos et autres tricycles.

O.K.O

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici