Dimbokro/Le bilan des activités communautaires de lutte contre le paludisme présenté aux corps préfectoral 

0
273

Le bilan des activités communautaires de lutte contre le paludisme dans le district sanitaire de Dimbokro , a été présenté aux autorités préfectorales de cette localité, le  28 février 2024, lors d’une réunion tenue a la salle de conférence de la préfecture de Dimbokro.
Le directeur régional du N’Zi de la femme, de la famille et de l’enfant N’Goran Alexis a indiqué que face aux difficultés rencontrées par les acteurs de santé pour la mobilisation communautaire dans les activités de lutte contre le paludisme, les autorités préfectorales locales ont été sollicité pour leur accompagnement et leur implication effective afin de booster les activités et d’obtenir l’engagement des communautés.

« Un an après, il convient donc de leur faire le point des activités afin d’avoir leurs recommandations pour la conduite des activités à venir », a-t-il expliqué.

Le directeur départemental de la santé de Dimbokro, Dr Galla Bi Koffi  Jules, a fait savoir que les groupements féminins dont l’activité consiste à amener les populations à dormir sous des moustiquaires imprégnées, à assainir leur environnement, à effectuer les quatre consultations prénatales dès le premier trimestre de la grossesse, à accoucher dans un centre de santé etc, ont sensibilisé au total 9397 personnes concernant ces pratiques familiales essentielles au cours de l’année 2023.

« Malgré l’engagement des groupements féminins et l’implication du corps préfectoral dans la mise en œuvre de ces activités, des difficultés demeurent et de nombreux défis restent à relever », a t-il déclaré, annonçant que sur 49635 consultations faites dans le district sanitaire au cours de cette même période,  2925 cas de paludisme confirmés ont été détectés, soit 58,94% et sur 1611 accouchement réalisés, 172 ont eu lieu à domicile, soit 10,67% .

Face à ces taux jugés alarmants, les autorités préfectorales, les groupements féminins, les groupes d’actions communautaires, les chefs de villages, les partenaires du projet ont été invités à œuvrer davantage afin de susciter l’engagement effectif des populations à bannir certains préjugés qui freinent le changement social et de comportement.

Coorganisée par la direction régionale de la femme, de la famille et de l’enfant et le district sanitaire de Bocanda, cette activité a enregistré la participation du représentant du directeur régional de la santé, Ayé Alain, du directeur pays adjoint Breakthrough Action Soro Katienefohoua Benjamin  et des représentants des chefs de villages de la région et de communautés de Dimbokro.

  N Konan 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici