Présidentielle au Ghana/Dans l’ensemble, un vote dans le calme

0
356

Habitué aux scrutins sans violences, ce lundi 7 décembre au Ghana, 17 millions d’électeurs étaient attendus aux urnes pour choisir entre 12 candidats à la magistrature suprême, et élire leurs 275 députés.

Les 38 622 bureaux de vote ont ouvert et fermé ce lundi, avec le même rituel. Les agents électoraux procèdent au dépouillement en public, en annonçant à voix haute le choix de chaque bulletin.

Dans l’ensemble, la journée de vote s’est déroulée dans le calme, de 7h à 17h, comme convenu. Toutefois des incidents ont tout de même été rapportés à la mi-journée. À Kasoa, des hommes encore non identifiés ont tiré sur la voiture de deux membres du Congrès démocratique nationale (NDC), le parti d’opposition. Les blessés ont été hospitalisés. Les assaillants ont pris la fuite et sont recherchés par la police. Certains bureaux de vote ont été débordés par la foule des électeurs, comme à Odododiodoo, une circonscription d’Accra.

Par endroits, des problèmes mineurs de matériels ont entraîné des retards à l’ouverture des bureaux de vote. Deux employés de la Commission électorale ont également été arrêtés dans deux circonscriptions, à Awutu Senya West et Bawku Central, pour avoir falsifié des bulletins de vote. Les observateurs ont prévenu que le dépouillement et l’annonce des résultats pourraient donner lieu à davantage de tensions.

Chez tous les électeurs, un sentiment prédomine : la fierté de faire figure de modèle en Afrique de l’Ouest, région secouée cette année par des scrutins contestés et violents comme en Côte d’Ivoire voisine. Ici, les violences politiques sont rares, et les tensions interethniques ou religieuses, quasiment inexistantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici