Sous-préfecture d’Arikokaha/Le pont Nangoniékaha-Arikokaha menacé par les fortes pluies

0
1075

Ce n’est peut-être qu’une questions de jours voir d’heures de voir le pont Nangoniékaha-Arikokaha céder à cause des fortes pluies qui n’arrêtent pas de tomber depuis le 15 aout 2018, et cela après une période de sécheresse qui devenait inquiétante. Mais dès les premières pluies, les populations qui étaient sur le point de lancer un ouf de soulagement, ont vite fait de déchanter. En effet le pont qui permet de rallier plus aisément les villages d’Arikkaha, chef lieu de sous-préfecture, Niangbo et Badiokaha à 4 km chacun, Fononhaha à un kilomètre et Loho à 8km, constitue aujourd’hui pour tous les usagers, un réel danger, parce que pouvant céder à tout moment. Si ce cas de figure fort probable vu que les pluies continuent de tomber se réalisait, alors l’accès à quatre villages de cette sous-préfecture, (Arikokaha, Badiokaha, Niangbo, Fononkaha et Loho) deviendra un véritable parcours du combattant, car il faudra contourner le village de Nangoniékaha et transiter par Badiokaha avant de pouvoir rallier Arikokaha et les autres villages cités plus haut. Inutile de dire que votre chemin se rallonge ainsi et vous fait perdre du temps et donc de l’argent. Cette situation qui du reste n’est que palliative, a obligé l’ensemble des populations des trois villages, (Arikokaha, fononkaha et Badiokakaha) à sortir comme un seul homme, avec à leur tête le sous-préfet koffi Yao Félix, pour donner vie à la route Arikokaha-Badiokaha, longtemps abandonnée à cause de sa forte dégradation. Interrogées sur le sens de leur action du jour, les populations diront presque unanimement qu’elles n’ont d’autre choix que de réparer cette route, a cause du danger que présente désormais le pont entre Arikokaha et Nangoniékaha. « Nous n’avons pas le choix, parce que nous ne pouvons plus passer par Nangoniékaha. Le pont peut s’écrouler à tout moment et il faut éviter que cela soit à la base d’une situation regrettable. Je crois que l’on devait arrêter purement et simplement de monter encore sur ce pont. Il faut que le gouvernement nous vienne en aide le plus tôt possible si non, nous courons le risque d’être coupés du reste du pays », a dit le président de la jeunesse d’Arikokaha, Koné Roland Jean-Jacques. Kéita Moctar du village de Badiokaha, lui s’est réjoui de la forte mobilisation des populations pour ces travaux de réhabilitation de la seule route qui permet de désormais de rallier le reste du pays. « Il y a longtemps que nous aurions dû sortir pour faire ce que nous faisons aujourd’hui. Nous n’allons pas toujours tout attendre de l’État. C’est nous qui empruntons cette route au quotidien, pas le gouvernement. Je voudrais donc dire merci à tous ceux qui l’ont compris et mois je suis content aujourd’hui ». Pour sa part, Touré Hamidou de Fononkaha a plaidé pour la réparation rapide du pont. « Vous voyez qu’il continue de pleuvoir. Si un travail qui a été fait par des machines a pu être détruit par la pluie, cela veut dire que ce que nous faisons aujourd’hui, n’est pas une solution durable. C’est la seule route qui nous reste, et si à son tour elle devient impraticable, c’est l’isolement total pour nous. Les autorités doivent parer au plus pressé parce que parfois l’information remonte lentement au sommet ». Le sous-préfet d’Arikokaha, Yao Koffi Felix, présent sur les lieux des travaux, a salué la mobilisation des populations. Il leur a surtout conseillé d’éviter d’emprunter le pont qui présente un vrai danger pour les automobilistes. « Je voudrais vous dire que je suis fière de vous et je vous félicite. Nous devons être solidaires dans tous nos gestes au quotidien. Il ne faut que votre disponibilité se limite seulement à cette situation. Voyez vous les poteaux électriques pour l’électrification du village de Fononkaha ont dû être déchargés à Badiokaha parce que le camion qui les transportait, parce qu’il ne pouvait pas prendre le risque de monter sur le pont. Cela veut dire que la défection du pont va nous desservir tous. Il faut que les automobiles arrêtent de passer sur le pont ».
Usagers de la voie menant à Arikokaha, soyez prudents et évitez de passer sur le pont, passez par l’ancienne route nationale qui longe Nangoniékaha et transitez par Badiokaha pour la destination d’Arikokaha, Niangbo, fononkaha et Loho.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici