Afrique du Sud/Football. Le premier coach qui a réuni une équipe de joueurs noirs et blancs pour remporter la Coupe d’Afrique des Nations 1996, devant Nelson Mandela, est décédé

0
1233

Son nom, Clive Barker. Il avait réussi à redonner espoir à une nation encore marquée par l’apartheid lorsqu’il a réuni une équipe de joueurs noirs et blancs pour remporter la Coupe d’Afrique des Nations 1996, Arc-en-ciel. Barker a été nommé sélectionneur d’Afrique du Sud environ deux mois avant que Nelson Mandela ne soit élu président lors des premières élections multiraciales en Afrique du Sud en 1994, qui ont marqué la fin officielle de l’apartheid.

Barker, a donc été le premier entraîneur sud-africain postapartheid. Il est décédé samedi à l’âge de 78 ans après avoir été diagnostiqué avec une démence à corps de Lewy, selon sa famille dans un communiqué.

Le ministre des Sports, Zizi Kodwa, le président de la Fédération sud-africaine de football, Danny Jordaan, et Neil Tovey, le capitaine de l’équipe de 1996, faisaient partie d’une délégation qui s’est rendue au domicile de la famille de Barker, à Durban, dans l’est du pays, pour lui rendre hommage.

Kodwa a également déclaré qu’il espérait que Barker aurait droit à des funérailles officielles, soit par le gouvernement national, soit par le gouvernement provincial.

Les témoignages affluent.

« C’est une personne qui doit être célébrée », a déclaré Kodwa, rappelant que Barker avait conduit une équipe sud-africaine peu connue et inexpérimentée au titre africain deux ans après la fin de l’apartheid. « C’était à l’aube de notre démocratie. Les espoirs de notre peuple se sont envolés en 95 et 96 ».

L’équipe de football sud-africaine de Barker reflétait bien mieux la composition multiraciale du pays, avec des joueurs blancs comme Tovey, Mark Fish et Eric Tinkler combinés aux stars noires Lucas Radebe, Doctor Khumalo, John Moshoeu et Phil Masinga.

« Il avait une équipe qui reflétait vraiment la diversité de l’Afrique du Sud », a déclaré M. Kodwa.

La victoire 2-0 de l’Afrique du Sud sur la Tunisie en finale de la Coupe d’Afrique 1996, à laquelle Mandela a assisté en portant le maillot des Bafana Bafana, a permis à l’Afrique du Sud de remporter son premier et unique titre en Coupe des Nations.

Barker était lui-même un joueur prometteur, mais sa carrière a été interrompue par des blessures.

Pour lui, le métier d’entraîneur ne s’est pas imposé d’emblée. Dans une interview publiée sur le site internet de la FIFA en 1997, il a expliqué qu’il s’était lancé dans l’entraînement après avoir eu du mal à joindre les deux bouts à la suite d’une grave blessure au genou.

« Je travaillais le jour et je conduisais des taxis la nuit, et je me suis dit qu’il devait y avoir quelque chose de plus facile et de moins exigeant que de travailler jour et nuit », a déclaré Barker. « J’ai donc décidé que la seule chose pour laquelle j’avais un peu de talent – à part le chant – était de devenir entraîneur de football. C’est ainsi que j’ai commencé en 1974 ».

C’était le bon choix. Barker a mené une carrière d’entraîneur de 42 ans en Afrique du Sud, qui a débuté à l’époque de l’apartheid et l’a conduit à enfreindre les lois racistes du régime en se rendant pour des matchs dans des townships noirs où les Blancs n’avaient pas le droit d’aller.

Le fait que Barker ait toujours ignoré les lois de l’apartheid lui a valu d’être apprécié par la majorité des Sud-Africains.

« Votre père était une bénédiction », a déclaré Irvin Khoza, président de la Premier Soccer League d’Afrique du Sud, dans un message de condoléances adressé à Gavin, le fils de Barker.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici