Drame à Bouaké/6 enfants et leur mère périssent dans l’incendie de leur chambre

0
1012

Un incendie sui serait d’origine électrique a tué par axphisie six enfants de la famille Koné et leur mère et à fait trois blessés grave à Tollakouadiokro, dans la commune de Bouaké. Ils étaient âgés respectivement de 4 mois, 3 ans, 4 ans, 5 ans, 7 ans et 30 ans, selon des proches de la famille Koné. Il s’agit de Koné Abou, Koné Awa, Koné Aïcha, Koné Lamine, Koné Bassolé, Koné Moussa et Koné Afou, la mère. Cet incendie meurtrier se serait déclaré aux environs de 1 heures du matin dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 octobre 2018.

Koné Amidou le père de famille dont les enfants ont péri dans l’incendie explique les circonstances du drame : «c’est à 1 heures du matin qu’on a été réveillé brusquement la fumée dû à un court-circuit. Et j’ai tout fait pour sauver mes enfants et ma femmes. Ils ne méritait pas cela! J’ai tout perdu. Sur huit enfants, il ne me restent que deux. Le premier et le dernier de quelques mois », explique Koné Amidou brûlé au premier dégré que nous avons rencontré au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bouaké. Sont interné au urgence du CHU aussi la deuxième épouse de Koné Amidou, Touré Fatou, Koné Abou, Traoré Seïba, brulé au second dégrés.

Coulibaly Gaoussou, témoin s’explique sur les raisons de cet incendie; « C’est au environt d’une heure du matin que nous été réveillé par les cris de mon voisin Koné Amidou et l’une des ses épouses. Nous nous sommes précipité sur les lieux. La plupart sont morts par axphisie. Seul noys avons réussi à réanimer la co-épouse et le petit Koné Abdoul par un massage cardique. Le fy s’intensifait ce qui nous a empêché de sauver les autres. C’est arrivé au CHU avec les blessés que l’on nous apprend l’arrivée des sapeurs pompiera militaires sur les lieux au environs de 2 h 30 minutes. On avait déjà maitrisé le feu quand les popmpiers arrivaient sur les lieux. Koné Amidou venait d’aménager dans sa maison il y a peine un mois et demi », a dit .

Quant à Koné Abdoulaye, autre témoin, il explique :  » Quand je suis allé sur les lieux, j’ai vu mon voisin affolé au milieu de flamme du salon. Nous avons pu faire sortir les survivants. Mais personne ne s’était rendu compte qu’il y avait les autres enfants à l’intérieur. Donc, nous avons cherché à éteindre le feu. Du coup, nous avons cherché à entrer dans la maison, mais les enfants étaient dans la chambre et on ne pouvait pas aller dans la chambre sans passé par le salon. Et il se trouve que le salon était déjà envahi par le feu. Donc, on ne pouvait avoir accès. Quand nous avons cherché à entrer, c’était impossible. Je me suis retiré et on a jugé nécessaire de casser le mûr de la fenetre de derrière pour accéder directement à la chambre. Le temps pour nous de casser le mûr de la fenetre, le feu avait déjà envahi la chambre et on ne pouvait plus les sauver. L’aide des sapeurs-pompiers malgré le retard a permis à limiter les dégâts. Des gens avaient fait appel aux sapeurs-pompiers et ils étaient venus une heure après. Mais leur arrivée à été d’une grande utilité, parce que c’est grâce à eux que le feu n’a pas touché les autres compartiments de la maison, sinon tout le bâtiment allait brûler « , a dit Koné Abdoulaye.

Koné Brama, procureur de la République près du tribunal de Première instance de Bouaké, s’est rendu sur les lieux du sinistre et a dit qu’une enquête sera ouverte afin de situer les responsabilités.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici