Ils sont sortis par dizaines de milliers pour prendre d’assaut le stade Thomas D’Aquin de Katiola ce samedi 30 novembre 2019 à l’occasion du meeting de clôture de la visite du Président de la République.

Ils, ce sont les populations Tagbana, Djimini, Malinké, toutes les ethnies ivoiriennes vivant à Katiola et leurs frères des autres pays vivant dans les quatre coins de la région du Hambol, de tous les âges.  Ils sont venus de Niakara, Tafiré, Tortiya, Dabakala et Katiola pour dire merci et saluer le Président de la République Alassane Ouattara qui aura séjourné pendant exactement 77 heures à parcourir tous les départements de la région du Hambol.

Merci au Président de la République pour toutes ses actions de développent en leur faveur, (les écoles, les hôpitaux, les pompes et châteaux d’eau, les routes, l’électricité…). Le chef de l’Eta est arrivé à Katiola le mercredi 27 novembre à 10h et en est reparti le samedi 30 novembre à 15h.

Pendant ces quatre jours, chacune des étapes aura connu une mobilisation exceptionnelle avec des femmes, des jeunes des vieux et des enfants qui piaffaient d’impatience de voir et entendre leur président. Ce samedi 30 novembre, cette mobilisation a connu son pique dans un stade Thomas D’Aquin plein à craquer que Alassane Ouattara foulait à 10h 12mn.

Dès quatre heures du matin, ce sont les femmes qui prenaient la direction du stade, elles qui avaient communié la journée avec la première Dame. Elles sont restées sur la place d’exposition des produits de la poterie Mangoro, lieu de la rencontre avec la Première Dame, chantant et dansant jusqu’au petit matin, d’où elles ont convergé au meeting de l’apothéose.

A 08h, le stade grouillait déjà de monde et à 09h il n’y avait plus de places assises dans les deux tribunes. Mais la main courante continuait de recevoir du monde jusqu’au dernier mot du chef de l’Etat. Impossible de dénombrer les bâches et les banderoles dressées à l’intérieur du stade.

Toutes les danses du terroir Tagbana, Djimini et Malinké étaient au rendez-vous. De nombreuses associations et mouvements de soutien ont surchauffé à blanc, qui avec des tam-tams qui avec des grelots, le stade construit en 1977 et inauguré la même année par Laurent Dona Fologo.

A 10h 12 mn quand le Président de la République a effectué son entrée dans l’enceinte du stade et qu’il a entrepris de faire le tour  d’honneur pour saluer cette mobilisation extraordinaire,  le mercure est monté d’un cran, chacune des tribunes voulant visiblement battre le record à l’applaudimètre.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici