Mondial 2018/Huitième de finale époustouflant entre Diables rouges et Samouraïs

0
818

Coupe du monde 2018 : miraculée, la Belgique s’en sort à la dernière seconde face au Japon

Menés 0-2 en seconde période, les Diables rouges sont revenus de l’enfer pour l’emporter dans le temps additionnel face au Japon (3-2) et se hisser en quarts.

Jusqu’à passé l’heure de jeu, les joueurs d’Akira Nishino ont cru à leur qualification pour les quarts de finales, et à un affrontement face au Brésil, vendredi. Mais outre son mental désormais affermi, ce qui distingue cette équipe belge de ses devancières est sur son banc de touche : un entraîneur expérimenté. Sans se démonter, Roberto Martinez effectuait deux changements à la 65e minute, lançant Marouane Fellaini et Nacer Chadli, et faisait basculer la rencontre.

Coaching gagnant de Martinez

A peine trois minutes plus tard, une mauvaise relance de l’arrière garde du pays du Soleil levant offrait le ballon à Jan Vertonghen. Excentré dans la surface de réparation, le défenseur voulait servir ses coéquipiers, restés au point de penalty d’un haut lob Une reprise qui finissait dans le petit filet opposé d’Eiji Kawashima, incapable de se défendre.
Alors que les vagues belges se faisaient tsunamis et manquaient de submerger les joueurs de l’archipel, à un quart d’heure de la fin, Eden Hazard, très remuant pendant la partie, combinait bien à gauche et adressait un centre au cordeau dans la surface adverse. Aux avant-postes, le chevelu Fellaini faisait ce pourquoi il était rentré : sauter plus haut et plus longtemps que tout le monde et de la tête, tromper Kawashima (2-2, 74e).
On se dirigeait lentement vers les prolongations. Dans le temps additionnel, l’historique Keisuke Honda, entré en jeu dix minutes plus tôt, catapultait la balle sur un coup franc à près de quarante mètres. Masqué au départ de la balle mais vigilant sur sa ligne, Courtois boxait le ballon et offrait une ultime occasion aux siens. En contre-attaque, Thomas Meunier fusait sur le côté droit. Parvenu dans la surface, le Parisien centrait devant le but. A la lutte avec un défenseur, Romelu Lukaku laissait intelligemment glisser la balle entre ses jambes jusqu’à Nacer Chadli, qui n’avait plus qu’à ajuster l’ancien gardien du FC Metz (3-2, 94e).
Un scénario difficile à encaisser pour les Samouraïs bleus, portés par un gardien héroïque et passés proches d’un retentissant exploit. Comme en 2002 et 2010 quittent la Coupe du monde au stade des huitièmes de finale, comme en 2002 et 2010. Rassérénés par cette victoire sur le fil, les Diables rouges affronteront, eux, le Brésil de Neymar, vendredi à Kazan (20 heures), pour une place dans le dernier carré.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici