1000 emplois dont 602 emplois directs (188 riziculteurs, 146 maïsiculteurs, 143 maraîchers, 15 prestataires de mécanisation agricole et 200 manœuvres.

11 808 tonnes de produits vivriers dont 3 760 t de riz paddy, 2 328 t de maïs et 5 720 t sont attendues.

C’est sur la base de ces statistiques encourageantes et incitatrices que le projet de réhabilitation du barrage hydroagricole de Solomougou ainsi que l’aménagement de 810 ha de parcelles en aval, a pris forme. Avec la signature, en décembre 2014, de la signature entre la Côte d’Ivoire et l’agence française de développement (Afd) du deuxième contrat de développement et de désendettement (C2D).

Le coût global du projet s’élève à la somme de 18, 6 milliards de francs CFA. C’est le village de Nanbélékaha situé dans la sous-préfecture de Guiembé qui a servi de cadre à la pose de la première des travaux, le jeudi dernier.

En présence du ministre de l’agriculture et du développement rural,  ainsi que de celle de partenaires techniques et financiers et des populations venues de tous les coins et recoins du département de Dikodougou.

« Ce sont au total, 800 mille ha de terres qui seront aménagés. Mais, en même temps, on peut venir empoissonner ces eaux en vue du développement de la pêche.810 ha vont être aménagés pour les productions végétales. En aval, 25 ha d’aménagement pour le développement de la pisciculture. Ainsi, on aura de la protéine végétale et animale », se réjouit Kobenan Kouassi Adjoumani.

La coordinatrice du secrétariat technique du C2D est sur la même ligne : « l’objectif principal du projet aménagements hydroagricoles est d’initier et accompagner des changements de pratiques agricoles et de gestion des ressources naturelles qui auront des impacts positifs sur les populations ivoiriennes en termes d’amélioration de leurs conditions de vie, de cohésion sociale et de santé humaine », explique Léa Djatti Djatté.

Les populations reconnaissantes et émues ont, par la voix de Yéo Nambélé, le chef du village, exprimé leur gratitude au Président de la République, Alassane Ouattara et au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Pour elles, ce projet va permettre le décollage de leurs localités respectives et les arrimer, par conséquent, au train de l’émergence prôné par l’actuel locataire de la Présidence de la République.

Rappelons que le barrage de Solomougou a été l’œuvre de Felix Houphouët-Boigny en 1974.Et 45 ans après, Alassane Ouattara entreprend de le réhabiliter.

                                        Billy Kakao

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici