Sale temps pour Soro en France/Macron clôt le débat : « La présence de Soro n’est plus souhaitée sur notre territoire »

0
1519

Dans un entretien accordé à « Jeune Afrique » et relayé par des sources proches du media, le président français se prononçant sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire, a laissé entendre que la présence de Soro n’est plus souhaitée sur le territoire français.

« Je crois qu’il n’est plus en France pour en parler. Nous ne souhaitons pas qu’il mène des actions de déstabilisation depuis le sol français. Sa présence n’est pas souhaitée, sur notre territoire, tant qu’il se comportera de cette manière », a indiqué Macron

Dans une longue interview accordée au site Internet de Jeune Afrique, publiée ce jour, le président de la France, Emmanuel Macron met fin au débat sur l’affaire Soro.

Interrogé sur sur le fait qu’il « y a un responsable politique ivoirien qui a moins de 70 ans et qui ne cache pas ses ambitions, c’est Guillaume Soro. Après l’annonce de la réélection de Ouattara, il a appelé, depuis la France, les armées ivoiriennes à le renverser », sa réponse a été sans ambages et sans langue de bois, encore moins tournure diplomatique.

« Je crois qu’il n’est plus en France pour en parler », a déclaré Emmanuel Macron, visiblement contrarié par cette vidéo prononcée au lendemain du blocus de la résidence d’Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et alors désigné comme président du Conseil national de transition (CNT)

Pour Emmanuel Macron, Guillaume Soro « n’a pas à créer le désordre et sa présence n’est pas souhaitée sur notre territoire, tant qu’il se comportera de cette manière ».

Emmanuel Macron confirme ainsi une information qui avait circulé, disant que le président Alassane Ouattara, réélu à près de 95% dans un scrutin boycotté par l’opposition ; avait informé certains ministres que son ancien protégé, devrait quitter la France, au cours de ce mois de novembre.

Le débat est clos

En effet, le 4 novembre, l’ancien président de l’Assemblée nationale, par ailleurs ex-secrétaire général de la rébellion des Forces nouvelles, avait appelé sur sa page Facebook, l’armée «à se mutiner» et à «joindre ses forces à l’opposition» après la victoire de Ouattara, qu’in contestait.

Dans un article, le Financialafrik avait démenti l’information du départ de Soro de la France, alors que les réseaux sociaux et certains médias maintenaient le contraire.

Avec la confirmation par Emmanuel Macron lui-même, le débat sur la présence ou non, de Guillaume Soro, en France, est désormais clos.

Sale temps donc pour GKS surnommé « Anselmo bruit ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici