Arikokaha/Suite de l’affaire de saisie d’une importante quantité de munitions de fusils calibre 12

0
672

La confrérie dozo de l’ensemble des 6 villages de la sous-préfecture d’Arikokaha à qui seraient destinées les munitions, plaide pour la libération de leur confrère en détention à Bouaké.

<< Quand on t’envoie il faut savoir s’envoyer >>. Cest cet adage que le jeune apprenti dozo KTE environs 27 ans n’a pas su  appliquer lors de son interpellation par la douane mobile de Kanawolo. 

Le lundi 9 novembre 2020, dans l’après midi, la brigade mobile des douanes basée au corridor de Kanawolo, reçoit une information anonyme de ce qu’un individu s’apprêtait à déverser dans la sous-préfecture d’Arikokaha, une importante quantité de munitions de fusils de type calibre 12. Aussitôt, des éléments de cette brigade mobile mènent une patrouille sur l’axe Niakara-Arikokaha. Ils finissent par appréhender  le jeune KTE , porteur de 20 cartons de 25 cartouches chacun, soit au total 500 cartouches. C’était dans les encablures du village de Nangoniékaha.

Mais la situation délétère dans laquelle baigne la Côte d’Ivoire depuis le 10 août où l’opposition a appelé au boycott actif de la présidentielle, met l’ensemble des forces de l’ordre en état de vigilance accrue. Partout dans le pays, les éléments des FDS sont en alerte maximale et ce genre de transactions menée par KTE est suspecte. Ils décident en toute logique et à raison de transférer le jeune dozo après qu’il a passé une nuit au corridor de Kanawolo, avec eux, puis ensuite à la direction des douanes de Bouaké et sera ensuite présenté devant le parquet. 

Deux semaines plutôt, c’est a dire le lundi 26 octobre 2020, la hiérarchie des dozos de la sous-préfecture d’Arikokaha dit avoir été informée d’une éventuelle attaque de leurs différents corridors à l’entrée de chaque village de la sous-préfecture. Le corridor de Arikokaha sera même déserté quelques temps avait d’être repris, les dozos ayant décidé de renforcer leur garde par un ravitaillement en munitions. Toutefois ils n’informent pas l’administration officielle, (la sous-préfecture d’Arikokaha, encore moins la préfecture de Niakara).

Ainsi une commande de munitions a été faite et l’infortuné KTE ( apprenti dozo)  a été commis pour aller récupérer le colis qui appartiendrait à l’ensemble des dozos de la sous-préfecture. C’est alors qu’il se fera cueillir.

Il ne s’agirait donc pas d’un trafic de munitions encore moins d’une action liée à la désobeissance civile comme l’on pouvait être en droit de le croire.

Interrogé le chef des dozo, HOA confirme qu’il s’agit de munitions que les dozos de la sous préfecture devraient se redistribuer et lance un appel à la liberation de leur confrère.

<< Je lance un appel aux autorités pour que le petit KTE soit libéré, car nous voulons continuer d’aider à lutter contre l’insécurité dans nos villages. Notre seul objectif c’est cela. Nous n’avons jamais fait de la politique pour un quelconque camp >>.

Il faut rappeler à toute fin utile que les dozos sont ici une force additionnelle de lutte contre l’insécurité dans nos villages. Les résultats de leurs patrouilles sont visibles et ce sont pas les réseaux de braqueurs et de voleurs de motos qui vous diront le contraire.

Gnakouri Tostao

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici