Récentes attaques terroristes au Burkina Faso/A quoi aura finalement servi le coup d’État ?

0
117

Cess derniers temps, les attaques terroristes avec des tueries massives de corps habillés et de civils dans plusieurs localités ont repris avec une ampleur inquiétante au Burkina Faso. La dernière en date est celle du 9 juin 2022 où des groupes armés terroristes s’en sont pris à la brigade territoriale de gendarmerie de la ville de Seytenga dans la région du Sahel. Cette attaque a fait onze gendarmes tués. Quarante huit heures après, soit dans la nuit du 11 au 12 juin, ils sont revenus en grand nombre pour massacrer de nombreuses populationd civiles durant plusieurs heures.

Un bilan provisoire actualisé du gouvernement fera état de soixante-dix-neuf (79) morts et d’un déplacement massif d’hommes, de femmes et d’enfants vers Dori, situé à environ une cinquantaine de kilomètres. Ce triste et macabre bilan est même contesté sur place, certains parlant de plus de cent cinquante (150) civils systématiquement exécutés au cours de cette seule nuit.

Ces attaques disons le tout net, aménagement à des interrogations. A quoi aura finalement servi le coup d’État de la junte, elle qui avait justifié son acte par sa volonté de ramener la quiétude au sein des populations de l’ensemble du territoire burkinabè par une lutte acharnée contre le terrorisme ? La junte au pouvoir est-elle déjà essoufflée ? Le coup d’Etat du 24 janvier 2022 était-il exact et justifié ? La stratégie et la tactique mises en œuvre pour mener la lutte contre l’hydre terroriste sont-elles efficaces ?

La junte au pouvoir devra réfléchir à toutes ces questions, les analyser à froid et se revoir dans sa stratégie de lutte. Si non, les mêmes causes produisant les mêmes effets, il à craindre un autre scénario à la « Roch Christian Kaboré », toute chose que nous ne souhaitons pas du tout au pays frère du Burkina Faso qui n’a que trop souffert de l’instabilité.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici