Région du Poro/Filières bois : Des acteurs outillés sur la politique ivoirienne de protection des forêts

0
446

De 1900 à 2015, le couvert forestier de la Côte d’Ivoire est passé de 16 millions d’hectares à 3,4 millions d’hectares Ce recul de la couverture forestière de la Côte d’Ivoire entraîne des conséquences dramatiques en termes écologiques, économiques et sociaux. Notamment la dégradation de l’environnement, le réchauffement climatique, la baisse des revenus liés aux ressources forestières et les conflits fonciers entre autres.

C’est fort de ce constat inquiétant et de cette grande régression,  que le programme Fao-Ue Flegt, mis en œuvre par le syndicat des producteurs industriels du bois ( Spib),  a organisé un atelier qui est le deuxième du projet susmentionné au cours de cette année.

Eléments de la déclaration de politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts, notamment le contexte, les objectifs, les principes et les six grands axes ; la vie associative et la gouvernance des sociétés coopératives, rôle et responsabilité des acteurs d’une association professionnelle sont autant de réflexions auxquelles ont été conviés la trentaine d’opérateurs membres des coopératives Wobin et Wognon.

Durant deux jours, les 15 et 16 décembre 2020, les participants venus des localités de Korhogo, Boundiali, Odienné, Ferkessédougou ont été largement instruits sur cette politique gouvernementale de protection et de préservation des forêts de la Côte d’Ivoire. Laquelle politique est mise en œuvre par le ministère des eaux et forêts et qui engage tous les acteurs du secteur aussi bien publics que privés.

« C’est avant tout, une séance de sensibilisation, d’information et surtout, leur dire que la forêt ivoirienne compte sur chacun de nous. Et particulièrement pour eux, la forêt est l’essence de l’existence de leurs activités. Donc, la pérennisation de la forêt est importante pour la durabilité de leurs activités », indique Gilbert Kouakou, coordonnateur-adjoint du projet.

Et d’ajouter : «c’est pourquoi, nous avons insisté, dans notre présentation, sur les grands principes, notamment que l’Etat présente la situation réelle de la forêt en vue d’une prise de conscience pour engager des actions dans le sens de la réhabilitation des forêts ivoiriennes », renchéri Gilbert Kouakou. En marge de l’atelier, les organisateurs ont eu une rencontre avec l’organisation professionnelle départementale (Opd) Bois de la chambre régionale des métiers de Korhogo.

                                                  Billy Kakao

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici