Rentée de la Cour d’appel de Bouaké/Plusieurs infractions à caractère sexuel traitées

0
412

Le 11 décembre 2020 était la rentrée solennelle de la Cour d’appel de Bouaké, pour le compte de l’année 2020-2021. C’était à la salle d’audience du tribunal de première instance. Le thème de cette rentrée était: « Mise en danger d’autrui ». L’audience était présidée par Thaïrou Dembélé, premier président de la Cour d’appel de Bouaké

A l’occasion, Thaïrou Dembélé a révélé que sur les 314 dossiers portés devant la chambre d’instruction, il se trouve que 233 sont relatifs à des infractions à caractère sexuel, notamment des crimes de viol et des délits d’attentat à la pudeur. Soit, a-t-il précisé, 74% de l’ensemble des dossiers devant le meurtre et l’emprisonnement, au titre de l’année judiciaire 2019-2020. « Le constat que nous faisons, c’est que les crimes de viol sont importants, suivis en cela par les attentats à la pudeur. C’est quand même excessif pour une ville comme Bouaké », s’est-il indigné. Non sans prévenir les auteurs de ces crimes qu’ils seront poursuivis et jugés. « Sachez qu’aucun de ces crimes ne restera impuni. La justice va sanctionner tous ceux qui seront reconnus coupables », a-t-il fait savoir.

Le premier président de la Cour d’appel s’est réjoui de ce que le rendement de l’institution qu’il dirige, au titre de l’année écoulée, a connu une amélioration. Toutefois, il pense que ses collaborateurs et lui auraient pu mieux faire n’eut été la pandémie de coronavirus qui est venu impacter négativement le fonctionnement de la juridiction.

Faisant le bilan de l’année écoulée, le président de la Cour d’appel de Bouaké a indiqué que sur 1380 dossiers, la Cour d’appel a rendu 1202 décisions toutes matières confondues, soit 66% de plus que l’année judiciaire précédente qui était de 1136.

Pour sa part, Kpli Désiré, procureur général près la Cour d’appel de Bouaké, a axé son intervention sur la « mise en danger d’autrui », le thème de cette rentrée judiciaire. Pour le magistrat, cette infraction revêt, pour les habitants de Bouaké, un intérêt particulier au regard de la manière toute particulière dont les populations créent une atmosphère de risque permanent. Il s’agit des usagers de la route qui font fi des règles élémentaires du code de la route.

« C’est le cas lorsque tous les jeudis, les cérémonies de mariage prennent parfois l’allure de véritables rodéos avec à la clef, quelquefois, des accidents graves », a-t-il déploré. Il exhorté les conducteurs de motos-taxis à la prudence afin de préserver la vie des passagers.

Cette cérémonie a été l’occasion pour installer des magistrats nouvellement affectés. Pour l’année 2019-2020 1.202 décisions qui ont été rendues contre 1.136 au titre de l’année dernière.

JPH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici